Exposition au musée d’art contemporain de PERM

A l’occasion de Boomrang, la biennale d’art graphique au Musée d’Art-Contemporain PERMM
L’ART INTEMPOREL a eu le plaisir de présenter l’exposition Monochromatisme-Anachronisme !?

Voir le diaporama rétrospective de l’exposition


Мonochromatisme – Anachronisme !?

L’être humain a toujours l’envie de l’innovation, avec chaque nouvelle invention il pronostique la disparition de ce qui a existé pendant des siècles… Mais peut-on évoluer en respectant les traditions ? Peut-on voir dans les traditions une source d’inspiration actuelle? Peut-on découvrir d’autres aspects de l’art ancien à travers une création contemporaine ?
Les artistes contemporains passionnés des arts graphiques posent ces questions en étudiant l’intemporalité des moyens d’expression des maîtres anciens : ils les analysent, ils les recyclent, ils les admirent et ils les font revivre à travers leurs créations monochromatiques toujours innovantes.
Des anachronismes peuvent être commis par erreur ou utilisés en toute conscience. Ils ne sont pas rares dans l’art, ils inspirent les artistes depuis toujours et ils deviennent également des moyens d’expression très forts et très justes. Parfois des anachronismes renforcent l’idée de l’artiste, parfois ils enrichissent son œuvre, mais parfois ils y apportent un désordre qui semble absurde.
Là où il y a de l’anachronisme le temps s’arrête, le passé et le présent s’égalisent dans leur extrémité en se confrontant, mais en restant complémentaires comme deux couleurs, le noir et le blanc. Les artistes mélangent ces deux extrémités pour en constituer un espace monochrome du temps, ou au contraire ils soulignent leur contraste en révélant l’intemporalité de l’Univers et la vanité de l’existence humaine. Dans leurs œuvres, le passé se retrouve dans le présent et à l’envers le présent ne devient que le passé.
L’espace monochrome complexe ou au contraire très laconique y cache pourtant une multitude de nuances qui parfois ne se voient pas « à l’œil nu », alors le spectateur se retrouve dans un état « daltonien », il devine des sens et des couleurs.
Ce projet réunissant les artistes français et russes, est constitué d’œuvres monumentales et de miniatures mélangeant des techniques traditionnelles et novatrices, cette exposition est sensée révéler l’univers muti –facette et intemporel des arts graphiques.

Le Moyen Age ou le Gothique du 21ème siècle

Voir le diaporama rétrospective de l’exposition

Pour L’Année culturelle de La France en Russie
Dans le cadre de la PhotoBiennale 2010 à Moscou
« Le Moyen Age ou le Gothique du 21ème siècle »

Commissaire de l’exposition Olessia Koudriavtseva-Velmans

Concernant l’exposition lire:

http://www.lecourrierderussie.ru/fr/pda/?artId=5307

Le Moyen Age ou Le Gothique du 21ème siècle.

Le Moyen âge n’est pas une époque de l’obscurité, c’est une époque nocturne. Nous sortons des bords de l’histoire nouvelle, de sa lumière rationnelle et nous rentrons dans la nuit mystique du Moyen Age. Dans le pressentiment de nuit il faut s’armer spirituellement pour la lute contre le mal, il faut renforcer la capacité de le distinguer, cultiver une nouvelle chevalerie.

Nicolas Berdiaev, « Le Nouveau Moyen Age »

Pendant l’Année culturelle bilatérale de La FRANCE en RUSSIE et dans le cadre de La Biennale de La Photo 2010 à Moscou, La Galerie FotoLoft et L’Association artistique L’ART INTEMPOREL présentent l’exposition
« Le Moyen Age ou Le Gothique du 21ème siècle ».

Le Moyen Age n’est pas uniquement une époque historique ou un concept chronologique, c’est aussi une étape transitoire. Les artistes actuels comprennent ce phénomène individuellement et en même temps il y a une certaine unité esthétique à la fois sombre et romantique; leurs œuvres contemporaines nous emmènent dans l’époque des iconostases, des cathédrales, celle des polyptiques, des vitraux, des mosaïques, celle des bizarreries gothiques.

L’Iconostase en Orient et le retable en Occident apparus à l’époque médiévale sont des créations plastiques d’une importance suprême par leur haute concentration en énergie spirituelle et surtout par leur concentration informative très forte, équivalente à celle des multimédias contemporains.

« La polyfocalité » des œuvres médiévales attire des artistes contemporains russes et français qui cherchent leurs racines esthétiques dans l’art de l’icône, ceux qui se laissent porter par les icônes médiatiques contemporaines et ceux qui créent des œuvres concentrant des énergies spirituelles dans le but de réunir l’Est et l’Ouest.

Le projet est inscrit dans le cadre de l’Année Culturelle Bilatérale Franco-Russe, il réunit les artistes français, russes et franco-russes inspirés par l’esthétique de « L’Age Sombre ».

« Le Moyen Age ou Le Gothique du 21ème siècle » est constitué de plus d’une centaine de photographies, de vidéos et de photo/vidéo installations créées par les artistes contemporains qui révèlent le caractère multi-facette et transitoire de l’époque actuelle.

ICONOSTASE ou le Moyen Age du 21ème siècle

Voir le diaporama rétrospective de l’exposition

L’exposition d’art contemporain est accueillie par la ville du PLESSIS ROBINSON
Dans le cadre de l’Année de La Russie en France
Association L’ART INTEMPOREL

L’association l’ART INTEMPOREL présente les artistes franco-russes :
L’Atlas, Filip Bod, Igor Bitman, Raphaël Denis, Olga & Sergey Kamennoy, KAMU, Léna Karin, Olessia Koudriavtseva-Velmans, Gabriel Leger, Valentin Samarine, Anna Taguti, Nathalia Trouchkina

« L’Icône est l’image du siècle futur; elle permet de surmonter le temps et de voir des images, même si elles sont hésitantes, comme dans la voyance avec le miroir, ce sont les images du siècle futur. Si l’art de l’icône n’existait pas, il faudrait l’inventer. Pourtant cet art existe et il est aussi ancien que l’humanité. L’artiste qui crée l’icône va toujours du sombre au clair, de l’obscurité à la lumière. »

Père Pavel Florensky, « L’Iconostase »


“En cette année de la Russie en France, notre ville ne pouvait pas manquer d’évoquer ce grand pays dont l’histoire a souvent croisé celle de notre petite ville, que ce soit à travers les visites d’Alexandre Ier à son précepteur La Harpe ou d’Alexandre III aux Guinguettes de Robinson, comme celle des réfugiés russes fuyant le régime des tsars ou la répression bolchevique. C’est ainsi que des artistes russes, peintres, musiciens, sont venus vivre dans la cité-jardins, devenue, à partir des années trente, un foyer vivant de création artistique. Cette tradition se perpétue aujourd’hui avec cette exposition, initiée par une artiste robinsonnaise, autour du symbole russe de l’icône, revisitée, détournée, parfois sublimée. C’est un voyage à travers une Russie étrange et inconnue auquel ces artistes nous invitent, laissons-nous donc embarquer…”

Philippe PEMEZEC
Maire du Plessis-Robinson
Vice-président du Conseil
général des Hauts-de-Seine

www.plessis-robinson.com